Grenoble Innovation for Advanced New Technologies

  • Français
  • English

La nanoélectronique : toujours plus petit et encore plus performant

Imprimer
Partager

salle blanche 300 mmLes laboratoires et instituts de GIANT sont d’importants contributeurs de la recherche européenne et internationale en micro et nanoélectronique. Ils participent à de nombreux projets européens dans le domaine des nanosciences et collaborent également avec de grandes entreprises internationales : STMicroelectronics, IBM, SOITEC, Infineon, Quimonda, NXP, etc.

Des infrastructures adaptées

La nanoélectronique GIANT dispose de trois plateformes technologiques :

  • une plateforme 300 mm pour le développement des générations CMOS 45-32-22
  • une plateforme 200 mm pour valider de nouvelles architectures et le développement. technologique de microsystèmes et nano systèmes jusqu’au stade du prototypage
  • une plateforme amont pour les matériaux exotiques, permettant de tester de nouveaux concepts

Des partenariats complémentaires

Les activités de recherche sont favorisées par des partenariats entre les membres de GIANT et des entreprises d’électronique, inscrites sur le plan local mais de dimension internationale.

Ces derniers travaillent sur la recherche de pointe, notamment dans les domaines du CMOS ultime (Complementary Metal Oxide Semi-conductor), de la diversification du CMOS et de la nanoélectronique post-CMOS.

Dans ces trois domaines, la miniaturisation des composants de base conduit à l’augmentation des performances des puces et au développement de nouvelles fonctions reposant sur des matériaux nouveaux, ou à la conception de composants au-delà des techniques CMOS standard.

La nanoélectronique au cœur de la recherche

Le travail des équipes de recherche se concentre surtout sur le développement des technologies 32nm, 22nm et sub 22nm (taille du transistor).

  • Des travaux de recherche sont menés sur les procédés de fabrication des nouveaux dispositifs logiques et sur des mémoires (lithographie, gravure, dépôt et implantation ionique), ou encore la conception des nouvelles architectures des composants CMOS avancés (modélisation, simulation) et enfin sur la caractérisation de leurs performances
  • D’autres équipes de recherche travaillent sur les micro et nano systèmes, sur les mémoires embarquées et sur leurs modes de fabrication (par exemple : technologies de report de couche). Leurs applications potentielles concernent des branches aussi diverses que l’électronique, l’automobile, l’énergie, les biotechnologies, la sécurité et la défense, les cartes à puce intelligentes souvent dans une perspective de marché grande consommation

Optimisation des moyens dans le domaine de la nanoélectronique post-CMOS

Dans le domaine de la nanoélectronique post-CMOS, les laboratoires et instituts de GIANT mettent en œuvre tous leurs efforts pour aboutir à des avancées dans la connaissance des matériaux, des mécanismes de portes logiques, des fonctions logiques et des mémoires localisées à l’échelle nano (dans les nano fils, nano gouttes, etc.). Ce codage est dit granulaire, mais il est possible d’envisager aussi un codage quantique de l’information : 1 électron = 1 information. 

Ils étudient également des systèmes hybrides supraconducteurs à base des nanotubes de carbone, de graphène ou de composants magnétiques.

Les partenariats de GIANT reposent sur une synergie dont la première finalité est de faire avancer la recherche. De plus, ces savoir-faire en matière de développement des matériaux et de nano fabrication, de cryogénie et d’instrumentalisation, de modélisation et de recherche théorique sont autant d’atouts qui permettent la conduite d’expériences de pointe dans le domaine de la nanoélectronique quantique !

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus
X